Présentation UTL Quimper
 
Conférences et exposés
 
Voyages d'études
 
Autres activités
 


Conférences et exposés
Impacts des perturbateurs endocriniens sur la santé : Mythes et Réalités

Les substances chimiques, naturelles ou produites par l’Homme, susceptibles de générer de par leur mode d’action hormonal des conséquences indésirables sur la santé, ont été regroupées sous le terme générique de Perturbateurs Endocriniens.

Initialement, l’attention a été portée sur les substances ayant des propriétés hormonales stéroïdiennes (œstrogéniques ou androgéniques) et, de ce fait, sur leurs conséquences indésirables potentielles sur la fonction et les organes de la reproduction.

Depuis, de nouveaux modes d’actions impliquant d’autres systèmes endocriniens ou non-endocriniens, ont été identifiés (principalement par des essais expérimentaux in vitro). Tenant compte que les divers systèmes de signalisation interagissent entre eux, les éventuelles conséquences indésirables pourraient porter sur la quasi-totalité des fonctions d’un organisme.

Les perturbateurs endocriniens couvrent donc un champ dont les limites du périmètre sont étendues et floues. Autrement dit, la représentation que nous avons des perturbateurs endocriniens varie au gré du périmètre que les uns ou les autres leur accordent.  De plus, la science qui se construit autour des perturbateurs endocriniens navigue entre démarches scientifiques rigoureuses et interprétations hâtives voir même simplistes

S’agissant de substances ayant des conséquences potentielles sur la santé, les agences en charge de la protection de l’environnement et de la santé s’en sont saisi à juste titre. Mais pour aborder l’évaluation de leur risque et leur régulation, il est nécessaire de s’appuyer sur une définition opérationnelle et non pas sur une définition théorique basée sur des concepts, quand bien même ces concepts seraient largement acceptés par la communauté scientifique. La principale difficulté pour une définition opérationnelle est qu’un perturbateur endocrinien fait référence à un mode d’action et non pas à un évènement de santé.

Face aux nombreux modes d’actions identifiés à ce jour, tout comme à la méconnaissance que nous avons de leurs rôles précis dans les processus physiopathologiques qui peuvent conduire à un évènement indésirable pour la santé, la définition opérationnelle des perturbateurs endocriniens est loin d’être évidente.

En Europe, une définition a été récemment proposée regroupant plusieurs étapes successives :

  • 1) que la substance présente un mode d’action hormonal,
  • 2) que l’exposition à cette substance soit associée à la survenue d’un évènement indésirable pour la santé,
  • 3) que l’évènement indésirable puisse être expliqué par le mode d’action hormonal évoqué.

Cependant, une telle proposition basée sur le poids de la preuve est loin de faire l’unanimité. La problématique des perturbateurs endocriniens risque encore et pendant longtemps de se mouvoir dans un débat sociétal dont les bornes sont d’une part les faits scientifiques et leurs incertitudes inhérentes et de l’autre le principe de précaution.

 
Siège : Maison des Associations, 53 Impasse de l’ODET, 29000 QUIMPER